Un tour du monde ?

Un tour du monde,
Oui mais Pourquoi  ?

Une quête de sens ? Une fuite ? Un besoin de liberté ?
Un nouveau départ ? Un rêve ?

Cet après-midi d’été où tout a basculé

Juillet 2018 – Kailua – Hawaii
Par une chaude après midi, je paresse à l’ombre du lanai (patio en hawaïen) et feuillette un magazine de voyage.
Un article intitulé « Navigating around the world tickets » retient soudain mon attention : AROUND THE WORLD. Ces trois mots résonnent dans ma tête : autour du monde… Je les répètent mentalement, around the world : UN TOUR DU MONDE !
Et là je ferme les yeux, mes pensées s’accélèrent et survolent le globe. Des images défilent les unes après les autres, je me vois déjà à Bora Bora avec ma planche de paddle.

Donner un nouveau sens à ma vie

En un instant la réponse à mes questions existentielles venait d’apparaître là sous mes yeux : un voyage au long cours.
Car oui, je dois répondre à un vide qui s’approche, un vide qui m’angoisse, un vide qui me paralyse : « empty nest » comme on dit aux Etats Unis.
Depuis 21 ans,  je suis maman à temps complet. Depuis toutes ces années, mes enfants sont ma raison de vivre, la raison pour laquelle je me lève tous les matins. Mais ma carrière de mère touche à son terme. Mon fils aîné Julien est parti faire ses études à San Francsico.  C’est l’année du Bac pour mon « petit » dernier et dans un an Edward aura quitté la maison. Rester seule chez moi à Paris, je ne peux pas l’imaginer… 

Ce tour du monde, ce voyage au long cours s’impose comme LA seule possibilité… Avec cette force et cette évidence que je ne peux pas ne pas l’entendre.
La vie nous envoie des signes continuellement, à nous de savoir les voir, les accueillir et les interpréter. J’ai décidé de les voir, de les accueillir et de les vivre.

Fuir cette « vie parisienne » 

Qui pour moi se révèle aujourd’hui vide de sens.
Et pourtant je l’ai aimé cette vie parisienne, ces soirées, ces rencontres… Et au final un vide.
Oui, je fuis ces relations superficielles.
Je fuis la routine du travail.
J’ai mal au dos d’être assise sur une chaise de bureau, j’ai mal au crâne d’avoir les yeux rivés sur un écran, je fais une réaction hypodermique aux tableurs et aux chiffres, je dépéri d’être enfermée sous un néon pour seul soleil. Je rêve de grand air…

Je fuis ce stress quotidien qui me pèse, je fuis cette grisaille ambiante.
Je fuis cette pollution, qui m’asphyxie autant la tête que les poumons. Je ne respire plus, j’étouffe…
J’ai besoin de voir l’horizon.
Pour me donner du temps et me retrouver face à moi même : besoin de faire une pause, besoin de faire un arrêt sur une image, besoin de prendre du recul.

Envie de tourner la page…
Et d’écrire ce nouveau chapitre de ma vie.

Parce que j’en ai toujours rêvé 

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été captivée par les récits des grands voyageurs, les histoires d’explorateurs et d’aventuriers des mers. Ces personnages inaccessibles m’ont fait rêver et voyager. Au fil des pages noircies d’encre, j’ai fait le tour du monde et traversé les mers sans quitter ma chambre.
Petite fille en vacances chez mes grands parents, je me rappelle ce grand livre à la couverture bleu délavée : l’album des timbres du monde de mon grand-père.
Bien alignés sur les pages jaunis, des uniformes bigarrés, des animaux aux noms imprononçables, des monuments sacrés… Ces timbres d’Indochine, de Cochinchine, ces contrées à consonance exotique aujourd’hui disparues me fascinaient. Mon imaginaire s’est développé en survolant ces cartes géographiques aux couleurs passées.

Parce que c’est le bon moment

Ce voyage au long cours dont j’ai toujours rêvé, je ne pensais pas qu’un jour, je pourrais le faire, partir et vivre ma propre aventure.
Loin de moi de me considérer comme une aventurière, mais cette voix est là qui gronde en moi, cette voix qui résonne au plus profond de moi, cette voix qui sort de mes tripes. Cet appel du voyage ne me quitte plus.

« SUP around the world » est né, ce projet hante désormais mes pensées… mes journées, comme mes nuits.
Ce voyage est devenu ma raison de vivre, ma destination, mon amant.

Fin août 2018, je rentre en France décidée. Je sens une force et une confiance inouïes exploser en moi. Ma vie doit changer et ce rêve, je dois le réaliser !

Après tous ces mois passés à me poser des milliers de questions, à rassembler des tonnes d’informations, à calculer le budget, à étudier les cartes, à définir l’itinéraire pour organiser ce voyage, il est temps de prendre le large…

« LIFE IS SHORT, LIVE YOUR DREAM AND WEAR YOUR PASSION. »

 

Follow me on social media, share and write me from time to time, it could be worth more than what you can imagine …
… When you spend hours paddling and you’re on the other side of the world.embarassed
Aloha

Suivez-moi sur les réseaux sociaux, partagez et écrivez moi de temps en temps,
vous n’imaginez pas l’importance que ça pourra avoir…
… Quand je serai au bout du monde.
Aloha